Retrouvez toutes les actualités du Projet Life +

13 février 2018

Découverte du Cucujus vermillon


Un inventaire entomologique a été réalisé en 2015 et 2016  par la Société Alsacienne d’Entomologie dans les réserves naturelles de Neuhof-Illkirch et du Rohrschollen. Cet inventaire a identifié la présence d’un coléoptère protégé au niveau Européen : Cucujus cinnaberinus, le Cucujus vermillon.

Description
 
Le Cucujus vermillon (Cucujus cinnaberinus) est un insecte saproxylique (dépendant du processus de décomposition du bois) de l’ordre des coléoptères. La larve et l’adulte vivent sous l’écorce des arbres morts ou dépérissants des forêts à caractère alluvial ou présentant un fort degré d’humidité. L’espèce prédate d’autres invertébrés ou consomme du bois ou des champignons. Protégée en France et en Europe, elle est inscrite à l’annexe II de la Convention de Berne et aux annexes II et IV de la directive Habitats Faune Flore. Ses mœurs discrètes et son intérêt pour les forêts primaires en ont fait un mythe pour les entomologistes.
 
Contexte de l’étude
 
En déclin jusqu’au XXème siècle, l’espèce connaît une expansion en Europe liée à l’évolution des peuplements de substitution de type peupleraies dans les zones alluviales. Fragilisés par un mode de plantation monospécifique et abandonnés car peu rentables, ces boisements produisent du bois mort, répondant ainsi aux exigences de l‘espèce.  L’expansion de Cucujus jusqu’aux rives allemandes du Rhin (Reibnitz, 2012) a donc encouragé les premières recherches en France. Ludovic Fuchs, Henry Callot, Gilles Godinat et Hervé Brustel ont ainsi retrouvé ce petit coléoptère en 2014 à la Wantzenau et à Erstein, le long de l‘Ill. Il s’agissait alors de la première mention française de l’espèce.
Cucujus cinnaberinus a par la suite été observé par les membres de la SAE (Société Alsacienne d’Entomologie) dans les réserves naturelles de Neuhof-Illkirch, du Rohrschollen et dans la forêt de la Robertsau entre 2015 et 2016.
Cucujus cinnaberinus est aujourd’hui considérée comme une espèce parapluie car la protection de son habitat assure le maintien d’autres espèces. La clé de sa conservation passe par l’abondance et la diversité de bois mort, pour l’essentiel de feuillus, ainsi que la conservation du caractère humide des stations.

Les projets de redynamisation de la fonctionnalité alluviale entrepris sur certains secteurs et le transfert d’une partie des résidus de coupe en bois mort pourraient favoriser la conservation de l’espèce…une affaire à suivre…

 

 

 

 

Crédits photographiques: Imagos de Cucujus cinnaberinus - Henry Callot, Larves de Cucujus cinnaberinus - Christophe Brua