Contexte du projet de restauration de la dynamique des habitats alluviaux rhénans sur l’île du Rohrschollen

http://rn-rohrschollen.strasbourg.eu/uploads/images/accouplement-azurees-TREMEL.jpg http://rn-rohrschollen.strasbourg.eu/uploads/images/Chouette-hulotte-HOFF.jpg http://rn-rohrschollen.strasbourg.eu/uploads/images/Grenouille-verte-2.jpg

Contexte

Parmi la grande diversité des écosystèmes des grandes plaines fluviales européennes, le plus riche et la plus complexe est la forêt galerie. Ce long couloir forestier jalonne les rives des fleuves issus des Alpes. Ses terres sont régulièrement inondées. Son aspect de forêt vierge est dû à sa richesse en espèces ligneuses (arbres, arbustes, draperies de grandes lianes).

Ces forêts régressent de nos jours, suite aux grands travaux de domestication réalisés au cours des dernières décennies. En conséquence, les quatre grands fleuves européens issus de la chaîne alpine (Rhin, Rhône, Danube, Pô) ont vu disparaître la plus grande partie de leurs forêts riveraines.

L'île du Rohrschollen, située sur le Rhin supérieur à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau de Strasbourg est représentative des forêts alluviales rhénanes, écosystème rare au niveau national et européen, caractérisé par l’habitat prioritaire 91E0 Forêts alluviales à Alnus glutinosa et Fraxinus excelsior et l'habitat 91F0 Forêts mixtes riveraines des grands fleuves (Quercus robur, Ulmus laevis, Ulmus minor). L’île du Rohrschollen abrite en outre plusieurs espèces et habitats inscrits aux annexes I et II de la Directive Habitats, et à l’annexe I de la Directive Oiseaux. Ces habitats clés sont cependant en train de disparaître.

Ceci est principalement dû à la rareté d’inondations dynamiques du Rhin (la dernière date de 1999) et leur caractère statique (montée lente des eaux par l’aval) ne sont pas suffisants pour avoir un effet bénéfique sur l’hydrosystème et les habitats associés.

En effet, aujourd’hui les inondations n’envahissent l’île que dans le cadre de la rétention des crues du Rhin, assurée par les gestionnaires français et allemands. Cela engendre une disparition progressive des premiers stades de la succession végétale et simplifie la mosaïque spatio-temporelle par extension des unités forestières à bois dur et ralentissement de leur dynamique de renouvellement.


Photographies :
Accouplement d'azurées © Elise TREMEL
Chouette hulotte © René HOFF
Grenouille verte