Au sein d’un massif forestier alluvial, la flore peut être très riche et certaines espèces végétales sont considérées comme typiques de la flore forestière rhénane. Les peupliers noirs, saules, chênes et autres pommiers sauvages couverts de lianes sont un élément constituant de la jungle rhénane.

http://rn-rohrschollen.strasbourg.eu/uploads/images/clematite_blanche_tiges-P-STEPHAN.jpg http://rn-rohrschollen.strasbourg.eu/uploads/images/houblon.jpg http://rn-rohrschollen.strasbourg.eu/uploads/images/ail_des_ours-G-CHAUVIN.jpg

Les arbres

Les forêts alluviales présentent une grande diversité d’arbres et d’arbustes dont certains sont remarquables comme le peuplier noir (Populus nigra). C’est un arbre typique des milieux alluviaux pouvant atteindre 30 à 35 mètres de haut et l’âge de 200 ans (400 ans pour les sujets les plus âgés). Mais les nombreux peupliers hybrides introduits pour la populiculture ou l’ornement peuvent polliniser les peupliers noirs sauvages et « polluer » leur patrimoine génétique. De plus les interventions humaines (rectifications, endiguements, barrages) sur le milieu alluvial ont participé à la fragilisation de l’espèce.

D’autres essences d’arbres sont adaptées à cette situation alluviale comme le frêne (Fraxinus elxcelsior), le Saule blanc (Salix alba), le Chêne (Quercus robur) ou l’Erable sycomore (Acer pseudoplatanus). D’autres espèces sont moins courantes comme l’Orme lisse (Ulmus laevis), le Cornouiller mâle (Cornus mas) ou le Pommier sauvage (Malus sylvestris).

 

Les lianes

Certaines de ces espèces comme le Lierre (Hedera helix) ont mauvaise presse mais font partie intégrante de la flore forestière rhénane et en sont même un caractère typique. Ce sont le Lierre, le Houblon (Humulus lupulus), la Clématite (Clematis vitalba), ou encore la rare et protégée Vigne sauvage - ancêtre de notre vigne cultivée (Vitis vinifera subsp. sylvestris) qui donnent à la forêt cette apparence de jungle.

La Vigne Sauvage aussi appelée Lambrusque serait l’ancêtre de notre vigne, mais elle est menacée du fait de la fragmentation et de la régression des milieux alluviaux ainsi que de sa fragilité face aux maladies de la vigne cultivée. Sa sensibilité en fait une espèce protégée sur l’ensemble du territoire français.

Rappelons brièvement que les lianes sont des plantes épiphytes (elles ne se servent de l’arbre que comme tuteur pour accéder à la lumière) et non des plantes parasites, elles ne portent aucun préjudice à l’arbre sur lequel elles se développent.

Le sous-bois

Le sous-bois n’est pas en reste mais c’est au printemps qu’il est le plus spectaculaire, l’Ail des ours (Allium ursinum), une plante aromatique de la famille des Alliacées très répandue, tapisse de vert et blanc le sous-bois en avril. Parmi les touffes d’Ail des Ours poussent aussi la Scille à deux feuilles (Scilla bifolia), la Lathrée écailleuse (Lathraea squamaria) et, dans les stations les plus sèches le Muguet (Convallaria majalis). La Lathrée a une particularité, c’est une plante parasite qui puise sa nourriture dans les racines de ses hôtes (des arbres comme l’aulne ou le noisetier) grâce à des suçoirs.


Photographies :
Clématite blanche - Houblon - Ail des ours