Le nombre et la diversité des paramètres de suivi encouragent la collaboration entre les chercheurs, comme sur la photo ci-dessous où les hydro-géomorphologues et les hydro-écologues travaillent conjointement sur le même secteur.

Le travail des chercheurs consiste ici à analyser les liens entre la taille des sédiments, la vitesse de l’écoulement, l’épaisseur de la lame d’eau et la répartition des macroinvertébrés dans le chenal pour comprendre la dynamique de recolonisation du nouveau chenal.