Le suivi scientifique est mis en place depuis 2012 (soit 2 ans avant la fin des travaux de restauration). Il s’appuie sur différentes tâches du projet Life+ qu’il fractionne en actions concrètes au sein d’un protocole de suivi.

L’objectif est de suivre les évolutions liées à la restauration en comparant le fonctionnement post-restauration (E1) au fonctionnement pré-restauration (E0 et E0bis). Le suivi rassemble des hydro-géomorphologues(1)et des hydro-écologues(2). Il est également complété par des programmes de recherche du CNRS et de l'université incluant des études et modélisation hydrauliques et géochimiques :

  • projet interdisciplinaire MODELROH (MODELisation interdisciplinaire d’une restauration fonctionnelle d’un hydrosystème fluvial ; bénéfices et risques - l’île du ROHrschollen, Strasbourg). 2014-2015. 67 k€ HT. Laboratoires strasbourgeois associés : ICUBE et LHGYES ;

(1) Hydro-géomorphologie : discipline à l’interface entre l’hydrologie, la géographie et les sciences de la Terre.

(2) Hydro-écologie : discipline à l’interface entre l’hydrologie et l’écologie. L’écologie regroupe à la fois l’écologie végétale et animale ainsi que leurs interactions avec le milieu.

 

schéma suivi scientifique

Parallèlement au cadre opérationnel du suivi scientifique (figure ci-contre), une thèse de doctorat est menée par David Eschbach et dirigée par le professeur Laurent Schmitt au sein du LIVE. L’objectif est de réaliser le suivi hydro-géomorphologique de la restauration fonctionnelle du Bauerngrundwasser et d’en tirer des éléments méthodologiques transposables sur d’autres sites restaurés.

 

 

 

 

 

Cadre opérationnel et planification générale du suivi scientifique et du travail de doctorat. Méthode comparative basée sur le suivi de 5 compartiments et la détermination de 2 états environnementaux (pré- et post-restauration).